Surfaces herbagères et à litière riches en espèces dans la région d’estivage

 

Ce nouveau programme, issu de la politique agricole 14-17, permet aux exploitants de la région d’estivage de toucher des contributions supplémentaires sur les surfaces riches en fleurs de leur alpage.

L’évaluation de la diversité floristique en zone d’estivage suit le même procédé que l’évaluation de la diversité floristique sur les prairies extensives et peu intensives en zone de plaine : sur la base d’une liste de plantes élaborée par Agridea, des relevés botaniques sont effectués sur l’ensemble de l’alpage. Afin de pouvoir toucher les contributions liées à ce nouveau programme dans le cadre de la politique fédérale agricole 2014-2017, l’alpage doit comporter au moins 20% de zones où les plantes de la liste élaborée par Agridea sont présentes en grand nombre. Les surfaces herbagères et à litière riches en espèces de plantes en zone d’estivage se trouvent principalement dans des surfaces maigres, sans fumure et peu pâturées. Ces herbages peuvent être des zones très humides, voire marécageuses, ou au contraire des zones plus sèches et en pente. De plus, les résultats des évaluations de la diversité floristique sur les alpages ont démontré que l’orientation de l’alpage semble jouer un rôle déterminant sur la diversité floristique : en effet, les alpages les plus riches en espèces sont orientés vers le sud et le sud-ouest.

 

Actuellement, plus de 66% des herbages sur lesquels une évaluation de la diversité en espèces a été effectuée ont montré une forte diversité floristique en zone d’estivage.